Nwasser m’fawara (pâtes tunisiennes cuites à la vapeur)


Pâtes, Plats uniques, Viande / jeudi, avril 23rd, 2020
  Pour ce plat dont l’ingrédient principal aura traversé les mers et les frontières, on sort le grand jeu. On réveille les babouches et on aère la djellaba, On fait quitter une rose des sables de ses dunes ensablées, on la pose sur une nappe, et on l’accorde avec des assiettes colorées. Toute cette fanfare pour faire découvrir ce met raffiné à des amateurs culinaires ouverts à d’autres horizons. Et là, ami lecteur, si tu te demandes mais qu’est ce que les nwassers ? J’ai la réponse, mais rassures toi, je ne l’ai pas pour tout.

Les Nwassers sont des pâtes tunisiennes confectionnées à base de farine et de semoule en suivant le principe de pâtes faites maison. On mélange les ingrédients. On étale en une fine couche la pâte et on découpe des petits carrés d’un centimètre de côté environ. On peut les consommer aussitôt confectionnées ou on les laisse sècher histoire de constituer des provisions, mais ça c’était dans l’ancien temps. Maintenant presque tout le monde s’approvisionne au marché. Ce plat tunisois par excellence représente la quintessence de la gastronomie tunisienne. Elles cuisent à la vapeur selon le même principe que le couscous et lorsque les pâtes sont quasiment cuites environ 10 minutes avant la fin de cuisson, on dépose les nwassers dans un plat plat (genre à paella) on parsème de sman (beurre clarifié ou beurre tout court) on arrose avec une louche ou deux de sauce et on laisse les pâtes absorber le jus. Elles vont s’imprégner des saveurs de la sauce et après à vous la régaladum !

Avant de réunir les ingrédients, il vous faudra rechercher 6 postulants d’évasion et de découvertes culinaires: 1 kg de nwassers sèches – 3 càsoupe d’huile d’olive – 1 belle pincée de poivre, une autre pincée de cannelle -50 g de beurre ou de smann (beurre clarifié) 3 oignons émincées – 1 oignon piqué avec 4 clous de girofle – 2 càsoupe d’huile d’olive – 1 càsoupe de purée de tomate ( 20 g ) – 1 càc de boutons de rose – 2 càcafé de curcuma – 2 càcafé de ras el hanout – 1,5 l d’eau chaude  du poivre ou 1 càcafé d’harissa – 3 pommes de terre – 500 g de poivrons – 100 g de pois mis à tremper dans un bol rempli d’eau du robinet la veille – 200 g de fèves vertes fraîches ou congelés – 6 cuisses et hauts de poulet – 400 g de  merguez mélangés 100 g d’herbes (persil-coriandre) – 1 échalote

Commencer par préparer les boulettes de viande : enlever le boyau des merguez, mélanger la viande aux herbes et à l’échalote qu’on aura préalablement mixées. Former 6 à 8 grosses boules. Réserver.

Éplucher les 3 oignons et les émincer finement. Piquer le 4ième oignon de clous de girofle.

Dans le bas du couscoussier déposer les oignons émincés avec l’huile d’olive et faire rissoler pendant 3 minutes environ en remuant. Rajouter les morceaux de poulet, les boutons de rose, la curcuma, ras el hanout, l’harissa et la purée de tomate, les pois chiche. Couvrir avec l’eau.

Enduire les Nwassers avec l’huile, remuer avec les mains pour qu’elles s’imprègnent et les placer dans le haut du couscoussier

Après 20 minutes de cuisson rajouter les pommes de terre entières épluchées, les fèves, les poivrons découpés en lamelles. Les boulettes de viande. Laisser cuire pendant encore 10 minutes. Éteindre sur le feu. Verser les nwassers dans un plat plat supportant la chaleur, aérer les lamelles de pâtes en remuant pour les décoller les unes des autres avec une cuillère, le mieux est de le faire avec les paumes de mains (mais c’est trop chaud pour cela).

Parsemer de smann ou beurre, saupoudrer de poudre de cannelle (1 belle pincée) arroser de 3 louches de jus prélevé dans le bas du couscoussier. On ne prélève que le jus.

On enfourne dans un four chaud, pendant 5 à 10 minutes, sortir le plat, il faut que le jus soit entièrement absorbé, arroser avec deux autres louches, enfourner pour 15 minutes. Il ne doit plus rester de jus (en principe) Sortir le plat du four. Garnir les assiettes avec un fond de pâtes, un peu de légumes, du poulet et une boulette de merguez et puis Régalez vous.

PS : Mon poulet a couru et gambadé donc 30 minutes de cuisson c’est parfait. Si c’est un poulet du commerce je pense que 20 minutes de cuisson suffisent.

On boit quoi avec ces pâtes venues d’ailleurs  ? Un gris de gris de Tébourba.

Sur ces notes de chasseur de babouches et la vision « une table en fête» je vous souhaite à tous de passer un excellent week-end et vous retrouve avec un plaisir renouvelé très vite avec une recette toute simple.

Vous lire est toujours un plaisir, ça blooste, regivore...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.